Lost Heaven


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Kurushima Sanzo [Términé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Sanzo

Sanzo

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 02/12/2007

Kurushima Sanzo [Términé] Empty
MessageSujet: Kurushima Sanzo [Términé]   Kurushima Sanzo [Términé] EmptyDim 2 Déc - 16:57

Nom : Kurushima
Prénom : Sanzo
Âge : 23ans
Date de naissance : 22 avril
Lieu de naissance : Charlotte
Groupe sanguin O-
Maître : Indifférent

Situation :
Famille : Morte
Financière : Riche héritier
Profession : Vétérinaire
Lieu de résidence : Maison

Description physique : [ 3 lignes ]
Sanzo est quelqu'un d'assez grand et d'assez musclé, il mesure 1m86 et pèse 84kg. Il est très sportif et cela se voit directement. Il a des cheveux rouges et des yeux profond mais ceux-ci n'ont pas de couleurs bien définis; en effet chose extrêmement rare, les yeux de Sanzo change de couleur en fonction de son humeur. C'est quelque chose d'unique mais il trouve que cela lui donne un certain style. Sanzo à un style vestimentaire assez...spécial. Il porte toujours des pentalons en jeans et des débardeur et cela, peu importe la température. Il ne quitte jamais ses gants, c'est la seule chose qui ne change jamais chez lui. Il a une peau assez bronzé et des traits fins et calme, il à souvent un air indifférent mais cela, c'est parce qu'il se moque de tout ce qui l'entoure.


Lien d'une image du personnage [ Pas de voir signature/avatar ] :
Kurushima Sanzo [Términé] 75vz3


Description du caractère : [ 5 lignes ]
Sanzo est du genre indifférent; il se moque de tout et de tout le monde, la seule chose qui compte à ses yeux c'est sa petite personne. Il n'aime personne tout comme il ne déteste personne, néko ou humain il s'en moque, si quelqu'un à des ennuis il l'aidera... du moins si il est de bonne humeur. En effet si il n'est pas vraiment content et qu'il voit quelqu'un sur le point de mourir, il passera à coté sans même faire attention, de toute manière chacun ses problèmes pas vrai? De plus, il est plutôt du genre méchant que du genre à aider son prochain. Ce jeune homme n'a même jamais connu l'amour, il ne sait donc pas ce que c'est et peut se montrer plutôt distant avec les filles, bien qu'il soit 100% hétéro, il est plus souvent avec des hommes car il ne se sent pas vraiment à l'aise avec des personne de sexe féminin.

Histoire : [ 7 lignes ]
Au commencement




Notre histoire commence il y a longtemps, des années, des décennies, des siècles même. Les kurushima était un clan des plus puissants, il avait pour but de protéger tout être vivant, humain ou mi-animal cela n’avait aucune importance et durant des siècles, les membres de cette famille se transmettaient le titre de « grand protecteur » et cela, de génération en génération jusqu’à un jour fatidique, un jour que personne ne devait oublier. C’était un 22 avril ; l’année ? Personne ne le sait. Quoi qu’il en soit, un jeune enfant aux cheveux rouge comme le feu et aux yeux des plus incroyable venait de naître, le jeune enfant était promu à un grand avenir, il devait prendre la place de son père, de sa mère et de tout autre en tant que grand protecteur et pour cela, un entraînement des plus intensif devait avoir lieu. Le jeune garçon reçut un nom symbolique, un nom qui –pour cette famille- voulait dire beaucoup : Sanzo. En effet Sanzo était le nom que recevaient, d’après certaine mythologie, les hauts moines chargés d’éliminer les démons. Le jeune enfant ne devait cependant pas connaître les détails de sa vie, de sa naissance et de son avenir avant l’âge de ses seize ans car, si un enfant se savait devoir porter sur ses épaules un tel poids, le pouvoir pourrait lui monter à la tête et il pourrait emprunter une mauvaise pente. Sanzo fut donc retiré à ses parents, il ne devait avoir aucun lien avec sa famille temps qu’il n’avait pas seize ans, il fut donc envoyer dans une famille d’accueil, loin de sa vie, loin des siens et loin de son avenir. Durant les années qui passèrent, il appela deux étrangers père et mère, il allait à l’école avec des gens sans histoire, des gens sans aucune responsabilité, des gens comme il croyait être. Ce fut ainsi durant des années, jusqu’à un jour inattendu. Lorsqu’il eut neuf ans, et alors qu’il se rendait à l’école, une voiture déambula dans la rue, elle allait trop vite, elle était trop grosse et l’homme au volant était trop ivre que pour pouvoir éviter ce jeune enfant qui marchait. Sanzo était trop terrifié pour bouger, trop surpris pour penser à courir et il ferma les yeux attendant le choc mais lorsqu’il les ouvrit, il vit la voiture arrêtée et devant celle-ci, une longue épée et un fusil à canon scié sur lesquels étaient gravés deux mots : Sanzo Kurushima. Le jeune enfant ne compris pas trop, son nom n’était pas Kurushima, mais alors pourquoi ces armes étaient-elles intervenues ? Pourquoi l’avaient-elles sauvées ? Tant de questions qui tournaient dans sa tête, mais n’ayant aucune réponse, le jeune garçon se saisit des deux armes et les prit avec lui, bizarrement il ne savait pas pourquoi mais il avait le sentiment de devoir les prendre, qu’elles n’étaient pas là pour rien. Le jeune garçon se rendit alors à l’école comme si de rien n’était, il dissimula l’épée et le fusil dans son cartable en espérant que personne ne les verraient et se rendit donc sur le lieu de ses études. Ce jour là paraissait particulier ; en effet, alors que d’habitude tout était régulier, il semblait que des choses assez étrange commence à se passer. Tout d’abord, une nouvelle élève arriva dans sa classe, chose normale certes mais pas dans ce cas puisque, chose qui étonna tout le monde, ce transfert eut lieu en plein milieu de l’année scolaire. Suite à cela, alors qu’il faisait clair comme jamais, des chauves souris volèrent en pleine journée dans le ciel dont la couleur semblait d’un bleu plus pâle qu’à l’accoutumer… Sanzo sentait que quelque chose d’étrange était en train de se dérouler mais, peut-être était-ce juste son imagination qui lui jouait des tours ? La chose la plus marquante de la journée se passa dans le réfectoire, alors que le jeune garçon été habitué à être seul, isolé de tous et cela à cause qu’il appréciait les mi-animaux et ne les traiter pas en esclave, la jeune fille s’assit à ses cotés, elle était amicale et avait un sourire chaleureux. C’est ce jour là qu’il rencontra sa première et sûrement seule amie, elle s’appelait Aya… Un prénom qui resta dans la mémoire du jeune garçon durant des années. Ils apprirent à se connaître, à s’apprécier, voir même à s’aimer sauf que c’était le même amour qu’un garçon aurait porter à sa jeune sœur. Durant cette journée, Sanzo oublia même jusqu’à l’existence des deux mystérieuses armes qui lui avaient sauvées la vie ; cela jusqu’à ce qu’il entre chez lui. Il fonça alors dans sa chambre et sortit de son sac les deux étranges objets. Il se demandait pourquoi son prénom était-il écrit sur ces deux armes accompagnées d’un nom qu’il ne connaissait pas et également, pourquoi étaient-elles apparues lorsqu’il en avait besoin ? Il tourna alors la tête vers sa fenêtre et vit, durant quelques secondes, une étrange silhouette encapuchonnée. En un clignement des yeux, la silhouette avait disparut et il pensa qu’il avait du rêver mais, vu le trouble que cela avait installer dans son esprit, il décida d’en parler à Aya le lendemain.


Dernière édition par le Lun 3 Déc - 19:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sanzo

Sanzo

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 02/12/2007

Kurushima Sanzo [Términé] Empty
MessageSujet: Re: Kurushima Sanzo [Términé]   Kurushima Sanzo [Términé] EmptyLun 3 Déc - 19:50

Une révélation surprenante






Le lendemain, dès le lever du jour, Sanzo se leva avec hâte et se dépêcha d’avaler son petit déjeuner. Il prit directement son sac et sans perdre une seconde de plus, il se rendit vers l’école. Son épée et son fusil cachés dans son sac, il comptait les montraient à la jeune fille pour lui prouvé la possibilité que ses dires soient réels. Une fois arrivé à l’école, il franchit les immenses grilles métalliques et entra dans l’établissement ; il ne perdit pas la moindre seconde, il courut jusqu’à la salle de classe où était censé se dérouler leur premier cours et il y trouva Aya ; elle était à l’avance et tant mieux. Il fonça vers elle en courant et celle-ci le regarda sans dire un mot. Sanzo s’élança alors dans un discours des plus enflammé afin de révéler les événements de la veille à la jeune fille et celle-ci le regardait sans dire quoi que ce soit. Durant tout le discours, elle le regardait avec attention alors qu’aucune émotion ne pouvait être lue sur son visage. Lorsque le jeune garçon eut terminer son récit qui débutait à la trouvaille de ces étranges armes et qui se terminait par l’apparition d’une silhouette sur le toit en face de chez lui, la jeune fille baissa la tête, un regard vide et à la fois vague sur son visage inexpressif. Elle lui dit alors d’une voix calme et pourtant sanglotante.



« Je ne suis pas censée te le dire, tu n’es pas censé savoir, pas encore… Mais je ne peux te le cacher, tu as été si gentil avec moi, il faut que tu sache ! Tu n’es pas celui que tu crois être, ton véritable nom est Sanzo Kurushima, tu es le descendant d’une ancienne famille ayant toujours eut le but de protéger les autres, tu es le dernier héritier mâle à ce jour et donc, celui qui doit prendre le flambeau et moi… En réalité, je suis ta petite sœur : Aya Kurushima. »



Le jeune garçon ne savait plus que dire, que faire, c’était impossible, comment aurait-ce pu être possible ? Il ne connaissait pas de personne portant ce nom, il avait un nom, une famille, une vie ! Comment tout cela aurait vraiment pu être uniquement des illusions ? Comment est-ce que sa vie aurait vraiment pu être basée sur des mensonges ? Il ne pouvait le croire, il murmura un simple non d’une voix faible et se mit à courir, quittant les couloirs de l’école, sortant par la grille de fer et courant comme un dératé dans la ville. Il devait savoir, il devait connaître la vérité et qui à part ses parents pourrait lui dire ? Il traversa la ville à une vitesse folle et lorsqu’il avait quitté son école, il ne pouvait être au courant que c’était la dernière fois qu’il voyait sa sœur. Il arriva finalement chez lui, il poussa la porte à la volée et vit ses parents, ou du moins ceux qu’il avait pris pour ses parents, ceux-ci n’eurent même pas le temps de lui poser la moindre question quand à la présence de Sanzo ici que le jeune garçon prit la parole, il avait une voix essoufflée mais cela ne faisait rien, il demanda simplement avec un regard froid et dur, un visage qui semblait coléreux mais après tout, qui ne l’aurait pas été en apprenant que sa vie n’était que mensonge ? Il dit donc tout simplement en tachant d’être le plus calme possible.



« Qui suis-je ? Qui sont véritablement mes parents et surtout… qui êtes vous vraiment ? J’ai appris que ma vie n’était que mensonge alors aujourd’hui, je veux connaître la vérité, je veux savoir pour quelle raison ma vie à été basé sur un mensonge et pour quelle raison est-ce vous qui avait dû vous occupé de moi ? QUI SUIS-JE ? »



Il n’avait pu faire autrement, ses dernières paroles avaient étés hurlés car il ne pouvait contenir sa colère et devant les regards désolés des deux êtres face à lui, il avait déjà compris que Aya lui avait dit la vérité. Ses faux parents se regardèrent alors, ils avaient des regards vagues, semblant légèrement désolé mais ils avaient déjà tant mentit que le jeune enfant n’aurait pu les croire sincère. Il ne voulait en savoir plus, il ne voulait pas connaître les réponses à ses questions, il sortit de son sac les deux armes, monta dans sa chambre et prit uniquement ses gants. Il redescendit alors et partit, claquant la porte derrière lui et tournant la page sur ce mensonge qui constituait sa vie. Il se diriger calmement vers la forêt, il n’avait même pas prit la peine de cacher ses deux armes et donc, lorsque certain passant le virent, il prirent peur et partirent mais le jeune garçon ne se souciait pas de cela, c’était tellement futile comme détail qu’il ne voyait vraiment pas pourquoi aurait-il du s’en soucier. Une fois dans la forêt, le jeune garçon savait ce qu’il lui restait à faire. Il ne savait pas pourquoi, il ne savait pas comment mais il savait qu’il avait en lui une puissance exceptionnelle, une force unique et cela, il le savait depuis qu’il avait toucher ses deux armes. Maintenant, il ne lui restait plus qu’à s’entraîner, il devait manier sa puissance et ses armes, il devait simplement vivre pour lui-même.

Un entraînement éprouvant.




Se battre pour sa vie, voila une chose compliquée, il devait simplement vivre mais comment pouvait-on vivre seul en ayant uniquement 10ans ? Une éducation à la spartiate allait commencer et le jeune enfant allait connaître la signification du mot difficulté. Tout les jours, c’était le même refrain, il se lever à l’aube, s’entraîner à manier ses armes et ne cessait de frapper sur les arbres ou les rochers à mains nues. Certes, il avait la maîtrise du combat mais il lui manquer la résistance et c’est cela qu’il devait pratiquer. Son entraînement dura ainsi 6ans ; six longues années durant lesquelles il ne cessait de se battre face à la nature, durant lesquelles il ne mangeait que des choses trouvaient dans les bois, durant lesquelles sa vie fut celle d’un ermite condamné à affronter les éléments pour sauver sa vie. Et au bout de ses six années de douleur, de solitude et de souffrance morale et physique, le pire arriva. Un homme encapuchonné se montra, Sanzo n’avait pas besoin de l’entendre parler pour savoir… Il savait qu’il s’agissait de son père, il savait que celui-ci était là pour l’emmener avec lui et lui faire retrouver la vie qui lui avait été volée des années au par avant mais cela étant, le jeune homme ne voulait pas partir, il ne voulait pas quitter sa vie actuelle. Après tout pourquoi quitter sa vie uniquement pour le passé ? Lorsque l’homme se mit à parler, l’adolescent se tourna vers son père avec un regard glacial ; l’homme lui disait qu’il devait le suivre, qu’il devait suivre son destin et Sanzo sourit avec un air mauvais et cruel, un air qu’il n’aurait jamais cru voir se dessiner sur son visage. Il répondit avec froideur, avec haine et en sortant déjà ses armes en sachant qu’il devrait se battre pour sa liberté.



« Laisse moi rire ! Tu es mon père et tu m’as abandonner, tu m’as fais vivre dans une famille qui n’était pas la mienne, tu m’as fais porter un nom qui n’était pas le mien et maintenant… Tu crois vraiment que je vais te suivre ? Mon destin est ici, ma vie est ici ! Tu as pu voler une partie de ma vie mais, je refuse de te laisser me voler ma liberté. Même si tu m’as fais parvenir ces armes, même si tu as toujours veillé sur moi dans l’ombre, tu n’as pas été le père que je devais avoir, tu n’as pas été présent comme tu l’aurais du alors ; pars ! Pars et ne reviens jamais dans ma vie ! »



L’homme sortit alors une longue lance à deux lames, il avait compris que seul un combat pourrait décider de la voie à suivre pour le jeune homme ; il enleva alors sa cape et Sanzo pu voir que l’homme face à lui était vraiment son père, ils avaient les mêmes traits, le même regard et la même détermination dans les yeux. Il se mit alors à courir vers le jeune homme, faisant tournoyer sa lance avec une aisance presque outrageante, comme si cela était la chose la plus simple qu’il soit. Sanzo lui pointa son fusil vers l’homme courant vers lui et tira, la lance tourna et les balles furent stopper mais contre toute attente, la lame ne pu toucher le jeune homme puisque l’épée venait de bloquer la rotation de l’arme. Sanzo rangea alors d’un mouvement rapide le fusil dans une poche latérale de son pantalon et son poing percuta de plein fouet le visage de l’homme face à lui, l’envoyant à plusieurs mètres alors que celui-ci semblait surpris par le coup qu’il venait de recevoir. Le père de Sanzo se releva alors avec difficulté, essuyant le sang qui coulait le long de ses lèvres et il fit de nouveau tournoyer sa lance en se remettant à courir mais soudain, l’épée du jeune garçon fendit l’air et désarma l’homme qui n’eut le temps de réagir puisqu’une balle de fusil à canon scié venait de se loger dans son flan ; Sanzo avait un sourire froid et mauvais et il dit d’une voix calme, bien qu’on aurait dit qu’il était énerver, sa voix exprimée plutôt de la gratitude.



« Tu peux y aller, je n’ai plus besoin de ta protection ; je veux vivre ma vie alors pars… Adieu père, je sais que tu ne voulais pas me laisser mais maintenant, il est trop tard pour revenir en arrière alors, adieu. »



Le jeune homme laissa alors son père là, il reprit son épée et rangea ses deux armes avant de tourner le dos pour disparaître dans le néant ; on eut plus aucune trace de lui jusqu’à aujourd’hui. Maintenant, il en a enfin finit avec sa rancoeur et il est décider à vivre sa vie.

Code : Code Correct

Précision(s) ? :
*Bien que d'un témpérament calme, il peut s'énerver facilement
*Il sait très bien se battre, il a un fusil à canon scié et une épée et se bat toujours avec ses deux armes en même temps
*Il n'aime pas trop ceux qui le supplie, la pitié lui fait horreur.
Revenir en haut Aller en bas
Torazo
$ Tueur néko solitaire $
Torazo

Masculin Nombre de messages : 88
Age : 28
Date d'inscription : 23/11/2007

Kurushima Sanzo [Términé] Empty
MessageSujet: Re: Kurushima Sanzo [Términé]   Kurushima Sanzo [Términé] EmptyLun 3 Déc - 19:54

Bienvenu et bon rp
Validé
Revenir en haut Aller en bas
https://tougen-kyou.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




Kurushima Sanzo [Términé] Empty
MessageSujet: Re: Kurushima Sanzo [Términé]   Kurushima Sanzo [Términé] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Kurushima Sanzo [Términé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'te bonne blague... [PV Sanzo]
» Je veux bien te laisser le canapé. [PV Sanzo]
» [Mission] Allons faire trempette ! - Mae & Sanzo
» Slide and Fly ! [pv feat Sanzo !]
» Campagne L5R : "l'Anabase de Kakita Kurushima"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lost Heaven :: Présentation :: Présentation des humains :: Fiches validées-
Sauter vers: